Les kenningar dans l’épopée

BersekrEchec

Dans la saga islandaise dédiée à Grettir, un poème épique attire l’attention tant son élaboration est savante.

Après avoir combattu et vaincu un guerrier ours (ou « berserkr », voir à ce sujet La métaphore de la transe chez les Vikings , Le totémisme comme symbole des clans celtiques, L’origine de l’association de l’ours à la fonction royale…) Grettir déclame une visa qui prend cette forme :

 

« La bosse du combat

Du fervent de la bataille

Sur quoi j’appuyai l’épine de ma cheville

S’enfonça dans la porte à vivres de Snaekollr ;

Ainsi fendit en deux

Le terrain de sa denture

Le mur bardé de fer du passage des dards

Que les mâchoires lui tombèrent sur la poitrine. »

 

Avant de trouver le sens des kenningar du poème, il est bon de rappeler que le héros a terrassé le guerrier ours prénommé Snaekollr en lui enfonçant le bouclier dans la bouche, ce qui a provoqué l’arrachement de son maxillaire inférieur.

Ainsi, l’expression « fervent de la bataille » désigne le guerrier.

« La bosse du combat » est sans doute le bouclier et son umbo (pièce ronde métallique et concave au centre).

« L’épine de la cheville » représente le pied. Grettir s’en sert pour asséner son coup fatal.

« La porte à vivres » désigne la bouche !

« Le terrain de la denture » est une formule pour le visage ainsi que le « mur bardé de fer » (parce que recouvert du casque).

Les kenningar sont tantôt associés à la magie et l’ésotérisme, tantôt à la commémoration mais aussi, comme ici, aux passages épiques qui ont constitués la mémoire collective des clans.

Publié dans : Etudes, Le Moyen-Age |le 23 janvier, 2021 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire