Archive pour février, 2019

L’exercice sacrificiel et la renaissance

pierre Odin

Dans l’épopée celtique, un des fameux compagnons d’Arthur se nomme Kaï. Dans les Mabinogion (compilation de quatre récits médiévaux gallois dont l’origine se trouve sans doute dans l’antiquité), une description du personnage se révèle très intéressante :

« Kaï avait cette vigueur caractéristique qu’il pouvait respirer neuf nuits et neuf jours sous l’eau. Il restait neuf nuits et neuf jours sans dormir… »

Quand on met cette évocation du cycle de neufs nuits et neuf jours avec ce que l’on connaît du fond mythologique germano-scandinave, on est frappé de la corrélation avec le rituel sacrificiel du dieu Odin. Dans le Havamal, on peut lire :

« Je sais que je pendis

A l’arbre battu des vents

Neuf nuits pleines,

Navré d’une lance

Et donné à Odin

Moi-même à moi-même donné,

A cet arbre

Dont nul ne sait

D’où proviennent les racines. »

Se trouve en commun l’évocation d’une durée de neuf nuits. Lorsque l’on va plus en profondeur dans la mythologie, on comprend que le dieu scandinave renaît de lui-même ; ainsi, l’interprétation renvoie à la période de gestation humaine de neuf mois, rappelée par la description des nuits pleines (équivalent à neuf lunaisons) et la suite des strophes du poème (« Alors, je me mis à germer… »).

Kaï, à qui l’on attribue le pouvoir de respirer sous l’eau durant une période identique à celle de l’auto-sacrifice d’Odin, semble aussi évoquer une renaissance à travers ses exploits. L’élément liquide, cher aux interprétations de Jung, renvoie toujours à la matrice. Le fait de pouvoir respirer sous l’eau durant neuf mois appelle donc la même image.

Sommes-nous confrontés à l’évocation d’un rituel sacrificiel païen où le supplicié, une fois les épreuves traversées, devait ainsi accéder à sa propre renaissance ? Cela supposerait que la période du rituel s’étalait sur neuf nuits, pour faire écho aux cycles des lunaisons. À travers différents écrits poétiques et leurs images relatant des mythes celtiques et germaniques, on entrevoit des fragments du paganisme européen.

Publié dans:Etudes, L'Antiquité, Le Moyen-Age |on 16 février, 2019 |Pas de commentaires »

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire