Archive pour juin, 2018

Une coutume germanique de déférence

CharlesIII

Dans la saga islandaise d’Egill, fils de Grimr le Chauve , on apprend qu’une coutume de l’époque viking consistait à étreindre la jambe d’un notable ou d’un roi pour lui témoigner des marques de déférence. Le héros légendaire Egill doit se soumettre au rituel devant son pire ennemi Eirikr à la Hache Sanglante. Tandis que ce dernier lui reproche son audace de se présenter devant lui  » Egill s’avança alors vers la table et étreignit la jambe du roi. »

On trouvera le même rituel dans la Saga de Saint Olafr de la part du héro Björn.

Il est aussi troublant de constater la légende qui veut que Rollon, le chef des Normands, ait pu se jouer de cette coutume pour se présenter au roi des Francs, Charles III. Plutôt que d’étreindre sa jambe en se baissant vers le sol, on dit qu’il resta debout et porta la jambe du roi à hauteur de son visage. Sa volonté fut sans doute d’humilier le roi à qui il allait extorquer des richesses et des territoires (notamment ceux de la basse Seine qui allaient devenir la Normandie) contre la promesse de paix.

Ainsi on comprend grâce à la compilation des anecdotes combien le langage du corps put être aussi important que celui du verbe. L’étreinte de la jambe, symbole de déférence, n’est pas un cas isolé chez les païens européens. Les signes héroïques sont autant de langage corporel (voir à ce sujet mon article Les Signes héroïques ) à redécouvrir à travers les témoignages historiques et mythiques. De la même manière les expressions du visage préfigurent des métaphores et des codes reconnaissables par les membres d’une même caste (voir à ce sujet mon article Les Expressions du faciès dans la caste guerrière).

 

 

 

Publié dans:Etudes, Le Moyen-Age |on 28 juin, 2018 |Pas de commentaires »

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire