Archive pour avril, 2017

Un aspect inconnu et étonnant du dieu Odin

casqueOdinique

 

Le premier chapitre de la partie dite « Skaldskaparmal » de l’Edda de Snorri Sturlusson raconte l’enlèvement d’Idunn. Idunn est la représentation de la jeunesse éternelle dans la mythologie nordique. Son nom signifie probablement en vieil islandais « celle qui rajeunit, qui renouvelle » .

Dans le poème de l’enlèvement d’Idunn, on trouve plusieurs kenningar relatifs au dieu Odin.

 

On peut s’arrêter à la troisième strophe, où l’on note ce savant et mystérieux kenning :

« sage décorateur fermier encapuchonné d’un casque de chaînes » !

 

Le mot norrois « snytrir » utilisé dans le poème signifie « soigneux » et se comprend dans la phrase comme « un fermier soigneux ». Il fait référence au travail de la terre, donc à la troisième fonction dumézilienne, dite fonction productrice liée à la fécondité.

Le mot « snytrir » est également à rattacher à l’adjectif « snotr » pouvant signifier « sage, instruit ». Le terme « hapt » désigne un dispositif pour enchaîner. Le kenning « encapuchonné d’un casque de chaînes » désigne donc un dieu guerrier, et évoque certains casques garni de cotte de mailles de l’époque viking. En lisant l’ensemble du poème, il est évident que c’est bien le dieu Odin qui est désigné et caractérisé de la sorte. Pourtant, on peut s’étonner de la dimension « fermière » du dieu représentant davantage la première et deuxième fonction (souveraine et guerrière) !

Relevons au passage l’explication de la métaphore des chaînes, qui peut également se faire avec son aspect de dieu lieur ; le lien étant le langage qui enchaîne les hommes (voir à ce sujet les articles La Représentation symbolique du lien et La Parole qui enchaîne les hommes ), c’est à dire l‘emprise qu’il a sur les hommes et sur le cours des événements. Cet aspect est un attribut récurrent du dieu Odin. On le sait, il y a toujours plusieurs sens aux kenningar.

La métaphore éclaire ainsi un aspect méconnu du dieu : il est à la fois le dieu polytechnicien, le dieu savant, le dieu de la victoire, de l’incantation, de la magie, des runes mais renvoie également dans ce cas à la sagesse et au labeur du paysan !

Supplante-t-il d’autres divinités plus anciennes comme Nertus, ou Freyr rattachées exclusivement au culte de la terre ? Après réflexion, je suis plutôt d’avis que c’est l’attribut de la sagesse qui prédomine dans la métaphore. Cela prendrait davantage de sens quand on sait que Odin est le dieu avisé, celui qui sait les choses du monde et auprès duquel on prend conseil. Le rattachement au travail du fermier me semble secondaire et le sens du kenning s’éclaire sous un aspect plus vraisemblable : le sage conseiller casqué des fermiers (des hommes)*.

 

 

* Il semble opportun de rapprocher les redondances du thème du paysan-guerrier avec l’analyse de Jan de Vries dans son ouvrage La Mentalité des Anciens Germains.

Publié dans:Etudes, Le Moyen-Age |on 19 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire