Le rachat de la tête par les louanges

Egil_Skallagrimsson_17c_manuscript

Au moyen-âge, chez les scaldes norrois (poètes vikings), existait une tradition de déclamation de louanges d’un genre conventionnel appelé le höfudlausn, c’est à dire le rachat de la tête.

En effet, l’élaboration d’un poème à l’honneur de son geôlier (souvent un roi, un prince, un noble guerrier) permettait de favoriser sa clémence en fonction de l’intérêt qu’il suscitait à son auditoire. Une des préoccupations majeures de tout scalde était d’obtenir le silence pour pouvoir déclamer son oeuvre à son gré : cela représentait vraisemblablement un gage de réussite poétique.

Un des passages fameux de la Saga d’Egill Skallagrimsson est celui où le héros, prisonnier du roi Erikr, déclame une drapa, un poème de louange pour sa gloire. L’auteur indique clairement :

 » Il le déclama à haute voix et obtint tout de suite le silence. »

Sans doute souligne-t-il ici la qualité du poème et de l’éloquence d’Egill. Cela se confirme par la suite puisque le roi décide de libérer Egill plutôt que de commander sa mise à mort.

Le poème en lui-même regorge de kenningar et se compose de vingt strophes. Retenons l’avant-dernière qui rappelle l’importance de l’attention que porte son auditoire :

 » Prince, considère,

Comment j’ai composé

Me semble excellent

D’avoir obtenu silence ;

J’ai agité la bouche

Du fond du coeur,

D’onde d’Odinn

Célèbre le rassasieur de bataille. »

Le silence est une nouvelle fois présenté comme une marque de succès du discours.

« L’onde d’Odinn » est le nectar poétique, autrement dit l’inspiration. Le « rassasieur de bataille » est le guerrier, ici le roi Erikr, à qui est destiné la louange.

Publié dans : Etudes, Le Moyen-Age |le 11 novembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire