Archive pour mai, 2015

L’origine d’un dicton moderne

« Tourner sept fois sa langue dans la bouche ».

Ce dicton populaire s’applique en général comme un conseil de sagesse. Il s’adresse à une personne qui aurait parlé sans réfléchir aux conséquences des mots utilisés. Il rappelle à l’ordre l’impertinent tout en lui prodiguant un conseil pour ses prochaines interventions orales. Il est assez troublant de voir dans ce dicton encore en usage de nos jours une corrélation avec Les Dictons du Sage Cadoc datant du VIème siècle.

  »Avant de parler, considère :

Premièrement ce que tu dis ;

Deuxièmement pourquoi tu le dis ;

Troisièmement à qui tu le dis ;

Quatrièmement de qui tu le dis ;

Cinquièmement ce qui résultera de ce que tu dis ;

Sixièmement quel bien proviendra de ce que tu dis ;

Septièmement qui écoute ce que tu dis.

Mets tes paroles sur le bout de ton doigt avant de les dire,

Et tourne-les de ces sept manières avant de les exprimer,

Et alors aucun mal ne viendra jamais de tes paroles. »

Une érudition évangélisante a fait de Cadoc un prêtre et un saint. Nous y voyons un barde, un druide certainement.

A la lecture de La Vie de saint Cadoc, plusieurs phénomènes aberrants apparaissent. Si habiles soient les copistes chrétiens qui ont entrepris de convertir ses propos, certaines lacunes les trahissent. Que penser, en effet, d’un converti au christianisme dont pas un seul propos n’évoque le Christ, le Père ou le Saint-Esprit ?

Aberrant aussi le phénomène qui veut que, sur les seize fois où le mot « dieu » apparaît dans les textes conservés, une part non insignifiante de ces mentions (13/16) intervienne à la fin des séries, à l’endroit où il était le plus facile de l’ajouter…

En replaçant l’origine archaïque des propos de Cadoc avant l’évangélisation de l’Europe, nous pouvons envisager logiquement que le texte est issu d’une tradition bardique ou druidique. Le conseil initiatique s’adresserait aux membres d’une communauté rendant les sentences, ou s’occupant des louanges des rois. Seuls les officiants du sacerdoce étaient dignes et aptes à cette fonction dans les sociétés celtiques.

 

Publié dans:Etudes, Le Haut Moyen-Age |on 24 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire