Archive pour mars, 2014

Le Sonatorrek – chef d’oeuvre de la poésie scaldique

EGILL

Le Sonatorrek est un poème attribué au viking Egill Skallagrimsson. Ce dernier fut un guerrier intrépide et un grand orateur. Ces poèmes nous sont rapportés par Snorri Sturluson et témoignent d’une maîtrise de l’emploi des kenningar. Dans ce long poème, Egill évoque ses deux fils disparus et tout le chagrin qu’il en ressent. Littéralement Sonatorrek signifie « l’irréparable perte des fils ». Voici une traduction de Régis Boyer et entre parenthèses l’explication des kenningar utilisés:

1- M’est bien pénible

De mouvoir la langue

Et de soulever

La mesure du chant (la langue) ;

N’est point prometteur

Le larcin de Vidurr (Vidurr est un nom  du dieu Odin ; son butin est la poésie)

Ni facile à tirer

De la cachette de l’âme (la poitrine).

 

2- Ne jaillit point sans peine

Car chagrin provoque

Cette oppression

Du séjour de pensée (tête)

L’heureuse trouvaille (nectar poétique)

De l’époux de Frigg (Odin)

Autrefois emportée

De Jötunheimr (monde des géants d’où Odin a volé le savoir poétique),

 

3- La sans-défaut (la boisson poétique)

Qui remit en marche

Le vaisseau

De Nökkver (nom d’un nain dans la mythologie nordique).

Le sang du géant (la mer -qui a été faite du sang du géant primitif Ymir-)

Gronde

En bas des portes

Du hangar à bateau de Nainn (Nainn est aussi le nom d’un nain).

 

4- Car mon lignage

Au terme touche,

Foudroyé à outrance

Comme arbres en forêt ;

N’est point homme  joyeux

Celui qui les membres porte

De ses parents morts

Des bancs jusqu’en terre (les bancs où vivaient les membres de la maison).

 

5- Pourtant il faut

Que de ma mère la mort

Et de mon père la perte

D’abord je dise,

Et je l’exhale

Du temple des paroles (la bouche),

La charpente de louange (la langue ?)

Que le langage orne de feuilles (éloges).

 

6-Cruelle me fut la brèche

Que la vague opéra

Dans la baie des parents

De mon père;

Vacante je sais

Et large ouverte

La faille que la mer

Fit en prenant mon fils.

 

7-Féroce Ran (épouse d’Aegir, dieu des océans)

A fait ravage autour de moi,

Dépourvu suis

De ceux que j’aimai;

La mer a rompu

Les liens de ma race,

Le ferme fil (image renvoyant au filet d’Aegir qui a la réputation d’attirer les marins pour les pendre à ses mailles)

Entre mes mains.

 

8-Sache, si cette offense

Par l’épée se réglait

Que le brasseur de bière (Aegir dont le brassage de bière est la fonction officielle)

Aurait fini son temps;

Si je pouvais rencontrer

Le frère du tourment de la vague (le tourment de la vague est le vent qui est lui même frère d’Aegir)

je l’irais affronter

Lui et l’épouse d’Aegir (Ran).

 

9-Pourtant, je n’eusse point

Pensé avoir la force

D’entrer en litige

Avec la meurtrière du fils (Ran),

Car à tout le peuple

Eclate aux yeux le fait :

Le vieux féal (l’homme libre)

Est sans descendance.

 

10-La mer m’a fait

Grand pillage,

Cruel de dire

La perte des parents,

Depuis que le

Bouclier de ma race (sa descendance)

Sur les chemins de joie (les chemins qui mènent à l’autre monde),

Mort, a disparu.

 

11-Je le sais bien moi-même

Que dans mon fils

Ne croissait point

Nature de mauvais féal,

Si ce bois de l’écu (le guerrier, son fils)

Avait atteint maturité

Tant que le Goth des armées (le dieu Odin)

Ne l’eût saisi.

 

12-Il estimait toujours

Ce que disait son père

Quand même tout le peuple

Autre chose eût dit,

Il me soutenait

Plus que nul autre

Et de ma force était

Le plus sûr soutien.

 

13- Souvent me rappelle

Le souffle

Du géant (le vent)

L’absence de frères (le deuil de ses deux fils)

J’y réfléchis

Quand s’enfle la bataille,

Je scrute alentour

Et pense à ceci :

 

14-Quel autre féal

Fidèle envers moi

Me protégera

Dans la bataille ?

M’en est souvent besoin

Près des perfides ;

Me faut voler prudent

Si mes amis décroissent ;

 

15-Bien dur à trouver

Celui que pouvons croire

Parmi le peuple

De la potence d’Elgr (élan, surnom d’Odin) (la potence d’Odin est Yggdrasil le frêne cosmique, axe du monde)

Car il est bon pour Hel (le monde souterrain qui deviendra l’enfer chez les chrétiens)

Qui rejette sa race

En vendant pour des bagues

Le cadavre de son frère.

 

16-Souvent je trouve

Que qui demande argent

(strophe mutilée)

 

17-On dit aussi

Que nul n’obtient

Compensation pour fils

S’il n’en engendre lui-même

Un autre

Qui pour autrui soit

Estimé même homme

Que son frère.

 

18-Je n’aime plus

La compagnie des hommes,

Quand même chacun

Y maintient la paix ;

Au palais de Bileygr (Odin)

Le fils est arrivé,

L’enfant de ma femme,

Retrouver les siens.

 

19-Mais le prince

Du moût du malt (la bière ; le prince de la bière est Aegir)

D’un cœur ferme

Contre moi se dresse ;

Je ne puis plus

Maintenir droit

Le char de la raison (la poitrine),

La proue du sol.

 

20-Depuis que le feu de la fièvre (la maladie)

Haineusement

Ravit mon fils

De ce monde,

Lui dont je sais

Qu’il évita

Prudent, la tare

De l’opprobre.

 

21-Je me souviens encore

Quand l’ami des Goths (Odin)

Enleva

Dans le monde des dieux

Le frêne de ma race (son fils),

Celui qui crût de moi

Et de la souche parente

De ma femme.

 

22-J’avais bons rapports

Avec le seigneur à la lance (Odin),

J’étais sans crainte,

Plaçant en lui ma foi,

Avant que l’ami des chars,

Le chef de la victoire (Odin)

N’eût déchiré

Notre amitié.

 

23- Aussi je ne sacrifie point

Au frère de Vili (Odin)

Au seigneur des dieux

De bon cœur,

Bien que l’ami de Mimir (Odin)

N’ai fait en compensation

De mon malheur un don (la poésie et l’éloquence, attributs d’Odin)

Que je tiens le meilleur.

 

24-Il m’a doté d’un art

L’ennemi du Loup, (Odin)

L’habitué au combat,

Dépourvu de défaut

Et de cette nature

Qui me fit obliger

Mes ennemis à dévoiler

Leurs supercheries. (la sagacité, un des dons du dieu Odin)

 

25-A présent tout m’est dur :

La sœur de Njörvi, (la nuit)

Ennemi du Double, (Odin)

Sur le cap se tient ; (pour attendre les morts)

Serai pourtant joyeux,

De bon vouloir,

Et sans crainte

Mort attendrai.

Publié dans:Etudes, Le Moyen-Age |on 9 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Ailant vers Fred |
Jamesye |
Lenversdessignesleblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manouch11poesies
| Envidelire
| Lettresinroses-bloglittéraire